Pinot Gris Grand Cru Kanzlerberg - Fût de Chêne - 2012

Pinot Gris Grand Cru Kanzlerberg - Fût de Chêne - 2012

Un Pinot Gris qui impressionne par son côté boisé grâce à un élevage en fût de chêne.
  • ico-facebook
  • ico-twitter
  • ico-google

Disponibilité : En stock

29,30 €
6 bouteilles ( 175.80 € )
OU

  • Cépage : Pinot Gris
  • Millésime : 2012
  • Contenance : 75 cl
  • Temp. de service : 8 et 12°C
  • Temp. de garde : 15 à 20 ans
  • Déconseillé aux femmes enceintes
  • Contient des sulfites
sucrosité résiduelle très sec sec demi-sec doux moelleux liquoreux

Notes de dégustation

Ce Pinot Gris, issu de la viticulture biologique, se distingue par son élevage en fût de chêne.
Les arômes de ce Pinot-Gris sont amples et gras. Il impressionne par son équilibre sec et son côté boisé. Une légère salinité en fin de bouche, typique du terroir du Kanzlerberg, donne envie de se mettre à table. Une très belle structure et une superbe longueur en bouche sur les arômes de fruits confits.

Accompagne parfaitement les foies gras, rôtis, gibiers en sauce, fromages à pâtes cuites et croûtes aux morilles. Toutes les déclinaisons autour du champignon en font un partenaire idéal.
Les 3,23 Ha de ce vignoble du Kanzlerberg sont constitués géologiquement d’un sol de caractéristique Argilo-calcaire, mais aux composantes particulières et rarement observées dans tout le vignoble Alsacien : Marnes grises et noires à Gypse et Muschelkalk qui en font un sol très lourd. Les pentes assez fortes du Kanzlerberg se tournant vers le Sud et Sud-Ouest, s’affaiblissent dans la partie haute, formant alors un petit plateau d’une altitude moyenne de 250 mètres, au bas duquel coule le ruisseau du Bergenbach.
Les conditions climatiques du début d’année 2012 furent chaotiques, alternant les périodes de grands froids et de fortes chaleurs. Malgré un printemps pluvieux, le vignoble alsacien a été épargné par les intempéries, les grêles et le gel. Les conditions relativement humides constatées durant la floraison ont favorisé le développement de mildiou, l’oïdium prenant le relais en juillet. En revanche dès la mi-août, le beau temps se réinstalla permettant aux vignes de parfaire leur maturité. Les températures plus fraîches enregistrées au début de septembre permettent une fin de maturation plus régulière et d’envisager plus sereinement les vendanges. Les rendements furent plus faibles mais la concentration au rendez-vous !


 -   +